LA CLINIQUE DE NUTRITION

LOUISE LAMBERT - LAGACÉ ET ASSOCIÉES

Diététistes-Conseils

Le Sanctuaire du Mont Royal

6100 Du Boisé,

Réception, 201 (2e étage)

Tél : 514-739-5646 (poste 356)

Nutritionsanctuaire@medisys.ca

© 2017 par Louise Lambert-Lagacé

 

Tél : 514-739-5646 (poste 356)

  • Les femmes ont des vulnérabilités nutritionnelles qui leur sont propres,

    • Les questions relatives à leur santé  comportent de multiples facettes. Par ailleurs, une alimentation adaptée à leurs besoins peut contribuer à maintenir leur état de santé à un niveau optimal et à réduire le risque de maladies chroniques.

 

  • Statistiques révélées dans ce document:

    • 14% des femmes sont obèses.

    • 85% des femmes qui souffrent de troubles de comportement alimentaire sont des adolescentes en croissance; ces trouble souvent persistent durant la vie adulte.

    • 40% des femmes fertiles souffrent du syndrome prémenstruel au point d'être affectées dans leur vie quotidienne.

    • 37% des décès chez la femme sont dus à une maladie du coeur

    • 80% des personnes souffrant d'ostéoporose sont des femmes.

    • 3 à 5% des jeunes femmes, de 18 à 44 ans, souffrent d'anémie ferriprive (par manque de fer).

  • Une bonne diète contribue à améliorer la santé et le bien-être.

  • Plusieurs femmes canadiennes ne rencontrent pas leurs besoins nutritionnels. 

    • Des enquêtes nutritionnelles révèlent plusieurs lacunes dont des apports insuffisants d’acide folique,  de fer, de vitamine B6, de calcium, de vitamine D et de vitamine B12.

 

* Prise de position, l'American Dietetic Association (ADA) et des Diététistes du   Canada (DC)

Certaines diètes sont carrément dangereuses...

  • Une consommation de moins de 800 calories par jour semble affecter le muscle cardiaque et peut causer des problèmes allant jusqu'à la mort (1)

(1) De juillet 1977 à janvier 1978, 58 personnes mouraient subitement aux États -Unis des suites d'un régime de 500 calories par jour à base de protéines liquides. Parmi ces personnes seize femmes et et un homme qui avaient un dossier médical complet et qui n'avaient aucune raison de mourir. Ils avaient suivi ce régime pendant deux à huit mois, prenaient des suppléments de vitamines et de minéraux et avaient recommencé à manger des aliments solides. Douze de ces  personnes étaient sous surveillance médicale.

  • On observe les mêmes symptômes d'arythmies et d'arrêts cardiaques chez des femmes anorexiques et chez des femmes obèses qui suivent un régime très strict.

 

  • Les régimes sévères qui allouent si peu de calories ne sont pas toujours mortels, mais ils n'aident ni les femmes et ni les hommes à rester en bonne santé (2)

(2) Le docteur Van Italie, chercheur dans le domaine de l'obésité, à l'université Columbia de New York, rapporte , parmi les symptômes les* plus fréquents: les nausées, lea diarrhée, la constipation, les étourdissements, l'intolérance au froid, l'assèchement de la peau, la perte de cheveux, les crampes musculaires, la perte de libido, l'euphorie, l'insomnie, l'anxiété, l'irritabilité et la dépression.

  • Le dénouement n'est guère plus rose puisqu'il coïncide la plupart du temps avec une reprise de poids.

  • Les régimes moins sévères font moins souffrir, mais ils ne font pas mieux maigrir. Neuf personnes sur dix ne parviennent jamais à conserver leur nouveau poids. Chaque fois qu'elles terminent une nouvelle cure, elles risquent d'ajouter quelques centimètres à leur tour de taille (3).

(3) Le docteur Bronwell, de la faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie, explique le phénomène du poids yo-yo à partir de ses expériences avec des rats. Lorsqu'il  joue avec le menu de ses rats en alternant régime riche et régime pauvre en calories, ses rats gagnent et perdent du poids, mais le rythme du  gain et de perte varie à chaque nouveau régime. Au premier régime, le rat perd du poids en 21 jours et le reprend en 46 jours. Au deuxième régime toutefois, le rat perd le même  poids en 46 jours, mais a tout repris en 14 jours.

  • Le phénomène du poids yo-yo est malheureusement fort répandu. Suite à des régimes répétitifs, la perte de poids devient de plus en plus difficile à obtenir, et le regain est de plus en plus rapide (4).

(4) Le métabolisme, notre transformateur de calories, s'adapte assez rapidement à une réduction de calories. Après quelques semaines seulement, il s'habitue à brûler moins de calories tout en maintenant le fonctionnement de notre organisme. Il conserve ce nouveau rythme de travail plusieurs mois après que le régime est terminé. À titre d'exemple, la femme qui maigrit en mangeant 1200 calories par jour habitue son métabolisme à bien fonctionner avec ce nombre de calories. Et lorsqu'elle revient à son menu habituel de 1700 calories par jour, elle reprend graduellement du poids car son métabolisme n'est pas revenu à la vitesse de combustion qu'il avait avant le régime.

  • Toute réduction de calories peut ralentir jusqu'à 50% la vitesse de transformation des calories, et tout retour à un menu plus généreux s'accompagne d'une reprise de poids. Plus l'écart est grand entre le régime et le menu habituel, plus la reprise s'effectue rapidement.

Opter pour une approche plus douce c'est...

  •  Donner priorité à la santé et envoyer le pèse-personne au placard.

  • Bannir de son vocabulaire le mot régime ou diète.

  • Ne pas improviser son alimentation..

  • Viser une réforme alimentaire à long terme qui déclenche souvent la perte de poids désirée. 

  • Tenir compte de l'âge, de l'histoire du poids, de l'héritage familial, du contexte immédiat.

  • Commencer par l'élaboration d'une image positive de soi!

  • Intégrer une augmentation de l'activité physique.

  • Encourager l'insertion graduelle d'aliments qui rapportent plus de vitamines, de fibres alimentaires et de minéraux.

  • Délaisser les aliments qui ne rapportent que du sucre, du sel et du mauvais gras.

  • Choisir au fil de découvertes alimentaires nutritionnelles et bénéfiques.

  • Faire en sorte que la perte de poids devienne secondaire par rapport à l'acquisition de nouveaux "plaisirs" sans lesquels il ne peut y avoir de changements durables.

  • Choisir l'approche douce pour ne pas risquer d'être perdant.

  • Amorcer un nouveau programme de vie à son rythme et selon ses possibilités.

  • Opérer les changements qui nous conviennent.

  • Enregistrer une victoire à chaque changement intégré à sa vie.

  • Développer  une meilleure relation avec les aliments et avec soi-même. 

  • Oublier carrément le pèse-personne, et donner plus d'espace à sa vie personnelle.